Gromphadorhina portentosa

 Gromphadorhina portentosa 01

Taxinomie:

Classe: Insectes

Ordre: Blattaria

Famille: Blaberidae

Sous-famille: Oxyhaloinae

Genres: Gromphadorhina

Espèce: portentosa

  • Nom vernaculaire: fait partie des « Blattes souffleuses de Madagascar ».
  • Autre nom commun: « Blattes cornues ».
  • Nom Anglais: Hissing cockroach

 

Localisation:

Planisphere répartition Gromphadorhina portentosa

Ile de Madagascar.

 

Habitat naturel:

Elle vit dans les forêts tropicales de l'île de Madagascar, où elle préfère les zones sombres et calmes. C'est un insecte nocturne, qui durant le jour reste dans sa cachette. Dans son biotope c'est un détritivore. Elle se nourrit de la matière végétal qui se décompose.

 

Description:

 C'est une espèce, que l'on peut considérer comme « Blatte Géante », elle est aptère.  Elle fait partie des plus grandes avec une taille adulte du corps allant de 45 à 90 mm voir parfois plus. Elle est principalement de couleur noir avec des nuances cuivrés, orangés, violacés ou rougeâtre. Elle est de forme aplatit, trapues. Ces insectes vivent en groupe.

  • Dimorphisme sexuel:

La femelle est généralement plus épaisse, grande et allongé que le mâle. Mais le mâle dominant du groupe reste le plus grand.

Gromphadorhina portentosa FemelleGromphadorhina portentosa Mâle

Le mâle possède deux excroissances en forme de corne sur le premier segment thoracique (prothorax ou pronotum). Elle lui serve lors des combats avec ses adversaires, (combats qui engendrent la mutilation de pattes et d'antennes). La femme quand à elle à un prothorax lisse. Ces protubérances sont plus impressionnantes chez le mâle dominant.

Gromphadorhina portentosa mâle rostres

On peut observer 9 sternites abdominaux chez le mâle contre 7 chez la femelle.

Les antennes du mâles sont recouverte de soies antennaires généralement beaucoup plus longue et visibles que pour la femelle. Ces soies sont des sensilles extrêmement développes et nombreuses  (de 1 500 à 2 000).

Gromphadorhina portentosa Antennes

  • Comparaison avec d'autres espèces de blattes:

Comparatif blattes Periplaneta brunnea Blaberus craniifer Gromphadorhina portentosa Archimandrita tesselata Blaberus giganteus

Ce tableau comparatif est exposé à titre indicatif car il existe dans chaque espèce des individus adultes plus petits ou plus grands. C'est simplement pour donner une idée des proportions. Mais il s'agit bien des tailles réels des blattes prisent ici en photo. Blattes issue de mes élevages.

 

Comportement:

Généralement lorsque l'on manipule cette blatte elle émet des sifflements assez fort. Ils sont audible chez les juvéniles âgées et les adultes mâles comme femelles. Ce bruit est provoqués par l'air expiré brutalement par les stigmates thoraciques (pores servant à la respiration) (Chopard, 1938). On peut aussi entendre ce sifflement lors des combats ou accouplements. Ce qui leur vaut le nom de « Blattes souffleuses ».  Pour ce protéger elles se plaquent au sol ou se replient sur elles même. Elles sont munie de pattes puissantes ornées de piquants qui contribue également à leur protection. Il est parfois impossibles de les décoller du support sur le quelle elles s'agrippent. Elles préfèrent l'obscurité à la pleine lumière ainsi que les lieux calmes.

Gromphadorhina portentosa Coussinet

Cette blatte grimpe très facilement aux vitres (et ceux dés leur naissance)  et profiteront du moindre interstice pour s'évader. Elles adhérent grâce à une sorte de petit coussinet.

 

Développement:

Sa durée de vie peut varier de 2 à 3 ans (en fonction en particulier des conditions de maintenance).

Gromphadorhina portentosa Juvénile

 

Les nouveaux nées mesurent moins d'un centimètre. Il est fin, blanc et mou puis s'élargit rapidement avant que sa cuticule ne sèche et se mélanise, en quelques heures. Ils vont alors prendre une couleur noir.

Par la suite cette blatte va faire de 7 à 8 mues. Le mâle en faisant généralement une de moins que la femelle. Le développement jusqu'au stade adulte est assez long de 3,5 à 18 mois (en générale de 6 à 9 mois). En fonction de la taille du vivarium, de la densité des individus, température, hygrométrie, alimentation, etc... Les mues sont impressionnantes lorsque la blatte atteint une certaine taille. Car la blatte après s'être extirpé de son exuvie (après plus d'une heure), est entièrement blanche. Elles sont alors très molles, et de ce fait très fragiles et vulnérables, il faut donc éviter de les manipuler. La couleur mettra une ou deux heures avant d'apparaitre.

Exuvie, l'enveloppe de cuticule que l'insecte abandonne suite au phénomène de mue.

Quelque temps après la mue imaginale, les adultes peuvent se reproduire. Lors de la copulation, la  femelle monte sur le dos du mâle qui dépose un spermatophore à l'entré des voies génitale de celle ci. Après quelques jours se forme l'oothèque. Environ 70 jours après l’accouplement, la blatte donne naissance a des petits vivants ( environ une trentaine ). Elle ne pond pas d’oothèque, elle la conserve à l'extrémité de son abdomen, en général jusqu'à l'éclosion, dans une poche incubatrice. Il arrive que sous certaine conditions (mauvaise fécondation, promiscuité, stress, température excessive...), la femelle expulse l'oothèque peu de temps après la conception, sorte d'avortement. Et se retrouve à l'air libre ou elle se déshydratent, et seront consommées.

Oothèque avorté Gromphadorhina portentosaVoici une oothèque abandonnée.


Élevage:

  • Installation:

Pour l'élevage, un aquarium recouvert d'un couvercle grillagé (fines moustiquaire avec des mailles métalliques, car ils peuvent découper le plastique et s'échapper). Ces blattes  grimpent très facilement sur les surfaces lisses grâce à leurs pulvilles (ventouses). Prévoir un volume adapté à la quantité de blattes. Ces blattes étant quelque peu territoriale, une forte promiscuité favorisera les comportements agressifs, et les affrontements.

  • Aménagement:

Le substrat sera constitué de terreau, que l'on peut mélanger à des copeaux de bois (non traité) ou du sable, ou de la vermiculite. Il faut fournir de nombreuses cachettes aux blattes. Préférant l'obscurité à la pleine lumière, ils aiment à se cacher durant la journée, ce sont des insectes nocturnes. Il convient de mettre à leur disposition feuilles mortes, des écorces, des pierres et des des racines ou branches pour qu’elles grimpent.

  • Température:

Le développement des blattes est en rapport avec la température. Plus la température est élevé plus le métabolisme sera rapide. Ces blattes supportent occasionnellement le froid (15°C) ou le chaud (40°C). Elles préféreront une  température de 26°C . Mais elles peuvent vivre  à température  ambiante de la maison (environ 20°C). 

  • Nourriture:

Pour l'apport en eau, elles s'hydratent grâce aux fruits et légume frais. Elles sont omnivores- détritivores, donc se nourrissent de quasiment tout! Des fruits, des légumes (cuit ou cuit), toujours non-traités et de préférence épluchés. On peu donner du son, germes de blés, pollen, miel, pain sec, croquettes pour chats et chiens, paillettes pour poissons, etc... Les blattes ne sont pas difficiles.

 

Conclusion:

Cette blatte est un insecte robuste et massif, qui ne demande pas trop d'entretien pour un petit élevage. Par contre la reproduction est un peu plus délicate.

Pour connaître mes disponibilités envoyé moi un e-mail.

Photos: (cliquer pour agrandir)

Gromphadorhina portentosa 03Gromphadorhina portentosa 04Gromphadorhina portentosa 05Gromphadorhina portentosa 06Gromphadorhina portentosa 07Gromphadorhina portentosa 10Gromphadorhina portentosa 11Gromphadorhina portentosa 12Gromphadorhina portentosa 13Gromphadorhina portentosa 14Gromphadorhina portentosa 15

 A noter:


« À Bangkok (Thaïlande), le dernier chic est d'adopter, comme animal de compagnie, une Blatte souffleuse de Madagascar - dont on peut même entretenir tout un troupeau, même si l'animal est de bonne taille (jusqu'à 10 cm) et mange en proportion (fruits, pain sec, galettes).

Ce Blattodea Oxyhaloïdé - qui peut vivre plusieurs années - se reproduit très vite : 40 à 60 descendants au bout de 2 mois forment une engeance grouillante qui ne demande qu'à s'échapper dans la nature.
C'est ce qui a incité le ministre de la Santé, Sudarat Keyuraphan, à prier les vendeurs d'en cesser le commerce, pour prévenir invasion et risques sanitaires. L'insecte, importé, est proposée là-bas à 50 baht la pièce au marché Chatuchak, soit un peu plus d'un euro. Cela vaut-il le voyage ? À notre avis, non. Mieux vaut se fournir à l'OPIE où des Gromphadorhina portentosa jeunes et en parfaite santé sont proposées à 10 € le lot de 12.
D'après Yahoo! Actualités du 20 août 2002, lu à fr.news.yahoo.com 
sur
le site de l'OPIE ».

« A Bangkok, la Blatte souffleuse de Madagascar est à la mode. Ce " nouvel animal de compagnie " est interdit pour des raisons sanitaires et un millier de ces cancrelats vont être incinérés (vivants, mis dans des sacs plastique) - puis on leur organisera des funérailles, selon le rite bouddhiste.
D'après une dépêche Reuters, lue sur Yahoo! Actualités, le 22 mai 2003, à news.yahoo.com
sur le site de l'OPIE ».

 « Croyance populaire
Au Québec, on désigne la blatte par le mot « coquerelle ». Malgré leur réputation, les blattes ne sont d’aucun danger pour l’humain.
Les coquerelles infestent les bateaux depuis fort longtemps. On rapporte qu\'au XVIIe siècle, un marin danois reçut une bouteille de brandy en prime pour avoir attrapé mille blattes. Au XVIIIe siècle, le capitaine Blight, aux commandes du célèbre Bounty, ordonna à son équipage de mouiller les ponts du navire à l\'eau bouillante pour tuer les insectes qui se nourrissaient de sa cargaison.
Faits intéressants et curiosités
La blatte résiste beaucoup mieux aux radiations nucléaires que l’humain. Selon des études scientifiques, cet insecte compterait parmi les rares animaux à résister à une catastrophe nucléaire. Extrait du site de l'Insectarium de Montréal
 ».

Sources d'informations:

Cette fiche d'élevage à été réalisé d'après mon expérience personnel et suite à plusieurs lectures. Voici les sources qui m'ont permis de l'élaborer:

- Article « Les blattes souffleuses de Madagascar » par Emmanuel Delfosse.

Magasine « Insectes, un autre monde parmi nous » N°135-4eme trimestre 2004.

- Fiche « Classification des Blattes. Blattaria : groupes familiaux et génériques »

Site Web: Le monde des phasmes

- Fiche « Gromphadorhina portentosa » par Anne Cherpin

Site Web: Phasmes.com

- Fiche « Gromphadorhina portentosa » par l'Insectarium de Montréal.

Site Web: Insectarium de Montréal

- Fiche « Gromphadorhina portentosa »

Site Web: http://tony.presse.free.fr/blattes/gromphadorhina_portentosa.htm.

- Ainsi que le site web Wikipedia.

Autres documentation:

    Bibliographie:

  • DUPRE: ARACHNIDA, L'élevage des blattes, 1998.

Photos & Images:

Toutes photos et montages images: Piwiblackpearl

Sauf planisphère (image de base retravailler): http://jfbradu.free.fr/cartesvect/

Droit d'auteur:

Vous pouvez citer des extraits ou utiliser des photos/images de cette fiche d'élevage, en ayant la politesse d'indiquer votre source : http://piwiblackpearl.canalblog.com/

Cette fiche d'élevage n'a aucune prétention scientifique, c'est le fruit d'une collecte d'informations via le web, les magasines et livres spécialisés. Ajouter à cela mes observations « d'éleveur », issue de mon expérience, riche de réussites et d'échecs. Illustrer de photographies réaliser sur des spécimens de mon propre élevage.

Bonne élevage à tous!